Mécanique

Librement inspiré de l’Orange Mécanique d’Anthony Burgess

À partir de 13 ans. À partir de la 5ème pour les scolaires (environ 1 h)

 

Un homme donne des conférences à travers le pays, vantant les bienfaits de la méthode Dr. Bromsky. Il est le symbole de la réussite de cette méthode. Adolescent, il fut un sujet ultra violent, transformant la ville en un terrain de jeu violent avec ses drougs, en rupture avec la société. Grâce à une cure expérimentale, il a pu réintégrer la société… mais aujourd’hui, il ne se sent pas très bien, sa machine interne déraille… Le passé refait surface.

Nous sommes aujourd’hui éclaboussés par la violence et le repli, non seulement sur soi-même mais sur des valeurs religieuses et politiques radicalisées. Cette violence exerce une grande attirance sur les jeunes adolescents en quête de leur identité et d’une place dans un monde qui leur donne l’impression de les rejeter. Malgré l’impression que l’on peut avoir d’être en face d’un phénomène global, il s’agit toujours de l’histoire d’individus, de parcours personnels.
C’est à travers l’histoire d’Alex, personnage principal du roman de Burgess (14 ans), que se pose la question de ce qu’est une violence « gratuite », une violence « motivée », de ce qui fait la différence entre le fantasme et le passage à l’acte, le virtuel et le réel.
L’envie étant de pouvoir approcher et échanger avec un public d’adolescents autour de ces problématiques, l’utilisation de diverses techniques de théâtre de marionnette nous permet d’aborder la violence de façon détournée, et ne pas basculer dans l’accumulation des images violentes déjà très consommées par ce public. Car quand on s’attaque à l’adaptation de L’orange mécanique, le défi est aussi de se défaire de la marque que Kubrick a pu graver dans l’imaginaire collectif par son esthétique de la violence.

Co-production :
Anima Théâtre, La Garance – Scène nationale de Cavaillon, Pôle Arts de la Scène – Friche Belle de Mai

Soutiens :
Espace Périphérique (Mairie de Paris – Parc de la Villette)​, Théâtre Massalia, La Fabrique Mimont, Superstrat

Partenaires :
Agence de Voyages Imaginaires, Le Théâtre de Cuisine, Scènes et Cinés Ouest Provence
Anima Théâtre est soutenue pour ce projet par la Ville de Marseille et par la DRAC Provence Alpes Côte d’Azur

Télécharger la fiche technique

Voir le site de l’auteure, Catherine Verlaguet

Périodes de résidence en 2016

du 2 au 6 mai 2016 à l’Agence de Voyages Imaginaires à Marseille (13)
du 13 au 30 septembre 2016 à l’atelier des théâtres de cuisine, Marseille (13)
du 20 octobre au 2 novembre 2016 la Fabrique Mimont à Cannes (06)
du 14 au 26 novembre 2016 à l’Espace Périphérique à Paris (75)
du 12 au 24 décembre 2016 au Théâtre Massalia à Marseille (13)

Metteur en scène – concepteur Georgios Karakantzas
Auteur Catherine Verlaguet
Comédien – marionnettiste Stéphane Miquel
Marionnettiste Hugues Cristianini
Régisseur – compositeur Stéphane Chapoutot
Régisseur lumière : Jean-Louis Floro
Consultant lumière Boualem Ben Gueddach